. Affiches. Nelu Wolfensohn
Affiches. Nelu Wolfensohn
Nelu Wolfensohn est professeur à l'École de design de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et directeur du CRIN, le Centre de recherches des images numériques, UQAM. Concepteur d'affiches de réputation internationale, son travail dans ce domaine est bien connu et a reçu plus de 180 récompenses à Montréal, New York, L.A., Mexico, Moscou, Paris, Jérusalem, Séoul, Toyama, Toronto, Varsovie, Zurich et fait partie de nombreuses archives de musées, bibliothèques et collections privées.

Un mot sur les affiches


L'affiche condense dans une seule image un ensemble des valeurs idéologiques, économiques, politiques, sociales et culturelles représentatives d'une société. Témoin silencieux, mais significatif et révélateur — vrai instantané arrêté dans le temps, l'affiche est toujours d'actualité en ce début de millénaire, malgré la concurrence des autres médias visuels.

Traitant des sujets aussi divers que la musique, le design, le théâtre, les colloques internationaux, la rentrée universitaire ou la psychanalyse — mes affiches ne s'inscrivent pas dans un univers narratif rectiligne. À la place d'un récit analogique qui traduit, ou bien transfère une perception du monde concret, l'image mue, représentant autre chose que la réalité intrinsèque. Cette plus-value métaphorique lui confère de nouvelles significations et plusieurs niveaux de lecture.

Je ne suis pas à la recherche d'un style personnel bien défini et immédiatement reconnaissable. Rester prisonnier d'une seule et unique façon de fabriquer l'image n'est pas, en ce qui me concerne, le meilleur moyen pour véhiculer un message. Le style — signature formelle identifiant le créateur — freine souvent le cheminement des idées et cultive plus l'aspect formel de l'oeuvre que son contenu.

Dans mes réalisations, le concept demeure la préoccupation essentielle et mon discours graphique s'inscrit avant tout dans la logique d'une communication forte, de préférence allégorique, qui prédomine l'aspect esthétique du projet.

Toutefois, le langage métaphorique n'exclut pas l'originalité et la richesse de l'image. Ainsi, mes affiches peuvent parfois se vêtir de poésie et maintes fois, le coup de poing visuel est contenu dans un somptueux gant de velours.

De nos jours, je ne peux qu'observer le déclin de l'affiche traditionnelle. Jadis, un puissant vecteur de l'information imprimée, son incidence réelle touche le zéro à l'heure du Web et des communications tous azimuts. Afin de survivre, servir de nouvelles causes et atteindre un public beaucoup plus grand, les affiches doivent s'adapter. Il m'apparaît évident que l'Internet est l'espace où cette mutation doit se produire.

Conséquemment, repenser l'affiche comme un outil de propagande renouvelé s'impose comme un sine qua non pour tous les créateurs.

Dans notre Village global, l'affichiste peut encore moduler et même influencer les événements. Sauf que, pour y arriver, la démarche implique une responsabilisation politique, sociale et culturelle, une tâche qui doit être assumée pleinement.


Nelu Wolfensohn
nelu.wolfensohn@uqam.ca